L’évangile selon Nyarlathotep 1/3 – La trahison de Judas

Cette aventure se situe un peu après l’an zéro et s’inspire, en partie, de l’évangile de Judas.

Dans cet évangile apocryphe, le Dieu abrahamique YAVHE est un usurpateur. Il est un leurre du démiurge SAKLAS. Jésus, lui, est le fils d’un autre Dieu plus puissant encore. Les disciples de Jésus sont sots. Ils ne comprennent pas son message. Seul Judas Iscariote, le plus fidèle et le plus sage des disciples comprend réellement le message du Christ.

C’est un évangile gnostique.

Certaines personnes trouverons peut-être cette aventure blasphématoire. Ces personnes ont raisons. Le chemin vers l’Enfer est pavé de scénarios de jeux de rôles.

Le traitement des religions sous l’empire Romain

La religion officielle est le culte romain. Cependant, lors des conquêtes, les romains laissèrent aux peuples conquis la liberté de conserver leurs propres dieux – assumant qu’ils s’agit soit de nouveaux dieux qu’ils ne connaissaient pas ou encore que ce sont les mêmes dieux sous des appellations différentes.

Il y a donc dans l’Empire une relative liberté religieuse. Il existe tout de même un concept de religio licita et de religio illicita. Une religion ne doit pas aller à l’encontre du bon fonctionnement de l’empire. Normalement, lorsqu’un culte ou une religion est qualifié de religio illicita par Rome, elle ne tarde pas à être éliminée et on n’en entend rapidement plus parler.

Le Quindecimviri sacris faciundis

A un niveau plus bureaucratique, la gestion des religions étrangères est confié au Quindecimviri sacris faciundis. Une organisation de quinze prêtres de hauts rangs.

L’empire romain est un territoire vaste, d’autant plus qu’à notre époque, ce n’est plus seulement une question de religions des peuples conquis. Les religions se mélangent et se transforment au sein même de l’empire. De nouveaux cultes et de nouvelles sectes apparaissent régulièrement. Il est important de savoir si ces cultes et ces sectes représentent une menace pour l’empire. Il est important qu’elles soient régulées et inspectées.

C’est pour ça qu’il existe, dans chaque région, une équipe dont la tâche est de superviser la vie religieuse de la région et d’y répertorier chaque sectes. Ces gens sont engagés et payés par le Quindecimviri sacris faciundis qui a office à Rome.

Les investigateurs

Dans la région de Galilée, par le hasard divin, cette équipe est constituée exactement du même nombre de personne que le nombre de joueurs que vous avez.

Entendons nous sur leurs capacités.

Ils n’ont pas le pouvoir de déclarer une religion licita ou ilicita. Ile ne peuvent que faire un rapport au Quindecimviri sacris faciundis qui prendra une décision. Cependant, s’ils jugent qu’une action doit être entreprise de manière urgente parce qu’un culte représente une menace conséquente et immédiate, il leur est permis de contacter l’autorité militaire locale qui se devra de les entendre. Ils ne sont pas, évidemment et sous aucun prétexte, autorisés a faire justice eux-même. Rappelez le leur si nécessaire.

En Galilée, là où va se dérouler notre histoire, outre la religion officielle romaine, la religion principale est le judaïsme. Les préceptes de cette religion peuvent parfois pousser à la création de branches, sous forme de sectes. L’observation de ces sectes juives constitue l’essentiel du travail des investigateurs. Les répertorier, s’assurer que leurs messages ne sont pas révolutionnaire et vérifier que le dogme et les pratiques ne suggère aucune action jugée criminelle sous les lois Romaines. Dans le cas d’une secte dont les pratiques ne contreviennent pas au droit Romain, mais contreviennent a une loi locale ou propre a une religion non romaine, les investigateurs ne sont pas tenus d’en informer les autorités concernés.

Une des tendances actuelles dans le monde religieux, est le culte à mystères. Ces cultes proposent des connaissances ésotériques particulières qui ne sont accessibles qu’aux initiés ayant participé à certains rites de passages particuliers.

Cela est un problème pour la Quindecimviri sacris faciundis car cet aspect mystérieux brouille le réel message et les réelles motivations du culte. Ça pousse à l’utilisation de méthodes alternatives comme l’infiltration ou le soudoiement des initiés.

Judas Iscariote

Notre histoire va commencer par une chaude journée d’été. Les investigateurs reviennent d’une mission au Mont Tibor où un magicien du nom de Simon balbutiait, du haut d’une colline, d’incompréhensible incantations. Ce prophète ferait mieux d’honorer Bacchus, Il était saoul comme une barrique.

Les investigateurs sont dans la cour de leur officine à Cana quand un homme se présente. On voit facilement qu’il est stressé et un peu essoufflé. Il se nomme Judas Iscariote et il veut dénoncer l’existence d’une secte en apparence anodine, mais cachant, derrière ses mystères, la vénération d’une divinité maléfique et proscrite. Ce prophète se nomme Jésus de Nazareth.

Après avoir dénoncé Jésus, il répond aux questions des investigateurs.

Il racontera que Jesus instaure en Galilé un nouveau culte a mystère qui, sous une apparence des paix, d’amour et de tolérance cache la vénération d’une divinité ancienne et maléfique qu’il (Judas) appelle Saklas, mais qui est connu, en d’autres contrées, sous le nom de Nyarlathotep. Afin d’honorer ce dieu maléfique, Jésus et ses initiés pratiquent des sacrifices humains. Les sacrifiées lui sont fournie par une des initiée du culte, Marie de Magdala, une prostituée libre de Cana.

Les préférés du Jésus, ceux que l’on nomme ses apôtres, ne sont pas forcément tous initiés aux mystères. Lors des réunions du culte, tous les participants sont masqués, à l’exception de Jésus.

C’est en devenant initié au culte que Judas en a réalisé l’horreur Et qu’il a décidé de venir dénoncer. Si les investigateurs le pousse à dire ce qu’il a dû faire pour être initié, il avouera avoir lui-même tué une jeune femme lors d’un rituel et implorera la clémence des investigateurs pour ce crime en échange de cette confession et de sa plus totale collaboration pendant cette enquète.

Dans tous les cas, il se suicide le lendemain.

« Il est tombé, s’est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues »

 Actes des Apôtres 1:18

Contrairement a ce que les évangiles canoniques peuvent laisser croire, Judas ne s’est pas suicidé par remord d’avoir menti aux investigateurs et d’avoir dénoncé a tort un homme bon. Judas est toujours le fidèle bras droit de Jésus. Il n’a pas tué une jeune femmes une fois lors de son initiation comme il le prétend, il en a sacrifié pleins! Il n’a pas menti à propos de Jésus, il a menti à propos de sa propre implication dans le culte de Nyarlathotep et des raisons derrière cette dénonciation.

Le remord qui a poussé Judas au suicide est celui d’avoir, par cette dénonciation, fait avancer d’un pas de plus le plan d’asservissements de la société humaine par l’inexprimable Chaos rampant.

Jésus de Nazareth

Jésus de Nazareth

Jésus est un prophète juif d’une trentaines d’années prêchant la paix, l’amour et la tolérance un peu partout en Galilée, mais basé dans le petit village de Nazareth. Son message se répand surtout parmi les couches les plus pauvres de la société.

Les investigateurs ont déjà visité Jésus par le passé et sont donc connus de ce dernier comme étant des fonctionnaires Romains. Lors de la création des personnages, vous pouvez spécifier qu’un ou deux d’entre eux sont « nouveaux » dans l’équipe et donc inconnus de Jésus. Cela permettra aux investigateurs de tenter des approches incognito.

Jésus de Nazareth est un grand maître du mensonge et du subterfuge. Un homme très intelligent et un manipulateur hors-pair. Ses adorateurs lui sont très fidèles et s’abreuvent de ses paroles. Son message est simple et non seulement il n’est pas révolutionnaire, il est tout le contraire. Jésus dit au peuple: « Aimez-vous les uns les autres, restez soumis, si on vous frappe une joue, tendez l’autre »…

L’empire Romain encourage les religions à avoir ce type de message.

Les mystères du culte de Jésus

Aux yeux des investigateurs il est clair qu’on a affaire, avec Jésus, à une secte juive. On a là un « messie » (on le dit être « le Christ ») avec des fidèles qui l’admirent et appliquent ses principes dans leurs vies et aussi des disciples qui le suivent partout. Certains sont appelés les « apôtres ».

Jésus lui-même se défend d’être le moindrement à la tête d’une secte. Il ne fait, dit-il, que prêcher la bonne parole sans rien demander en retour.

En réalité, Jésus est bel et bien à la tête d’un culte à Mystère. Afin d’en cacher les véritables principes, le culte a deux niveaux de mystères. Parmi les fidèles et les disciples, certains sont considérés par Jésus comme Initiés et ceux-là ont accès à des réunions plus privés avec leur prophète ou des sujets plus ésotériques sont abordés. Rien, cependant, de répréhensible dans ces enseignements secrets. Il s’agit la d’un simulacre de mystère afin de camoufler le véritable mystère.

Les mystères de Nyarlathotep

Judas n’a pas menti. Jésus préside aussi au culte de Nyarlathotep dont il prétend être le fils. Les initiés de ce cultes ne sont pas plus que dix.

Le plan ultime de ce culte est de sacrifier Jésus afin qu’il soit ressuscité des morts par son père Nyarlathotep afin de prouver son essence divine et créer par le fait même une nouvelle religion qui suplantera toutes les autres et asservira l’humanité dans le consumérisme, l’obésité et la décadence. C’est un plan à long terme, mais une étape cruciale est en train de se jouer.

A ce stade-ci, Jésus a déjà réussi à se faire aimer d’une grande quantité de gens. Ses disciples sont d’un naturel joyeux, aimable et docile, ce qui donne une réputation positive à ses enseignements même chez ceux qui ne les connaissent pas.

La prochaine étape est d’être accusé de choses si horribles que personne ne croira que Jésus puisse les avoir commises. Lui et ses disciples devront manipuler l’opinion publique et en faire un martyr tout en tentant d’obtenir, des autorités romaines, le plus cruel châtiment possible.

Si Jésus meurt en martyr sur la croix et qu’il ressuscite trois jours plus tard le plan est réussi.

« Ecartes-toi des autres et je te dirai les mystères du royaume. »

L’évangile de Judas

Publié par ghidorah21

Follow me here: https://octodon.social/@kingu_platypus_gidora

Un avis sur « L’évangile selon Nyarlathotep 1/3 – La trahison de Judas »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
<span>%d</span> blogueueurs aiment cette page :